lundi 04 décembre

"Je disais J'ai ou Je n'ai pas, tu m'as appris à dire Je suis"

Op_ra_I

Je suis un peu perdue.

Je suis perdue, j'ai mal, j'ai très mal ou peut-être pas tant que ça. C'est difficile quand le changement pointe le bout de son nez alors qu'on ne l'attendait pas. Mais ça n'est pas parce qu'on souffre qu'on est légitime.

Alors voilà, on aime, on est aimé, depuis presque un an. C'est Beau, c'est Fou, c'est Grand, Grandiose, Magique mais surtout Beau. On ne vit plus qu'à travers l'autre, on se demande même si on a vécu avant l'autre. On a plus rien sauf l'autre, on n'est même plus sûr d'avoir eu autre chose. Bien sûr, vivre dans le Beau c'est oublier le laid.

Mais être amoureux c'est être égoïste... Je ne crois pas ceux qui disent "Je t'aime, je ne veux que ton bonheur". Non, pour moi aimer c'est vouloir son propre bonheur. Et son propre bonheur c'est voir l'autre heureux, à nos côtés. Alors quand l'autre a besoin d'air, c'est difficile. C'est joli de comprendre, mais encore faut-il accepter. Je n'y arrive pas, surplus d'égoïsme ou simple preuve d'amour? Je voudrais être la seule dans les yeux de mon autre, de mon nuage. Je voudrais qu'elle ne puisse vivre sans mon regard pour la sublimer. Je voudrais qu'elle soit dans mon cas. Je voudrais que son Je soit contenu dans le Nous.

Mais non. Car Elle était déjà avant Nous. Moi je n'étais rien. Ma liberté ne se déploie qu'à travers elle. Elle devient nostalgique de son ancienne liberté. Ce n'est pas le nous qui est remis en cause. C'est le Nous fusionnel.
Maintenant pour Elle le Nous nécessite son Je, un tant soit peu individuel.

Je comprends.
Je comprends?

Je n'arrive pas à accepter. Je suis trop amoureuse.

Je suis trop égoïste? Je suis trop exclusive?

Puisqu'à cause de moi elle ne peut plus écrire. Puisque (peut-être) à cause du nous je ne sais plus rien composer.
J'écris n'importe quoi, j'écris mal. Escroquerie spirituelle. Il est si facile pour moi de faire croire que je sais écrire. Il suffit de chercher l'élégance, mais pas plus loin.
Ici le texte est caché derrière l'écran, chantant le texte est derrière ma guitare. Je ne suis pas capable d'écrire un texte qui pourrait être lu sans aucune pudeur. L'auteur qui ose exposer son texte à l'impudeur des lecteurs, l'auteur qui ne sourcille pas devant le regard des autres est celui qui ne se soucie pas seulement de l'élégance.

Enfin.

Posté par nancy my dear à 22:17:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur "Je disais J'ai ou Je n'ai pas, tu m'as appris à dire Je suis"

Nouveau commentaire